Janus

Ayant fait 7 ans d’école d’Art dans une petite ville de province je pense avoir quelques notions me permettant de juger la qualité ou voir les défauts d’une œuvre. Mon premier livre tiré à 500 exemplaires fut épuisé en trois mois, le second tiré à 2.000, il en reste encore et celui-ci est bi-lingue avec un côté didactique, pourquoi vouloir apprendre aux gens quels sont les sculpteurs qui ont signé Tomotada. Mais plus personne ne recherche la connaissance et sur quels critères les acheteurs se basent-ils. Prenons un exemple ce netsuke estimé 2.000€ fut adjugé €5.000 plus la sauce et elle est piquante. On se demande pourquoi, deux acheteurs sans aucune notion artistique se sont battus pour ce netsuke qui est la copie, probablement début Meiji, d’un netsuke plus ancien.

Mais pourquoi je persiste à vouloir apprendre quelque chose à d’éventuels clients comme me disait un ami : C’est un jeu, qui perd gagne, c’est à celui qui montre qu’il a la plus grosse ! Pourquoi ne joue tu pas au corbeau et au renard comme les autres. A jouer ZORO est arrivé tu n’a que des ennemis et tu ne t’ai pas enrichi. Très juste mais il est trop tard pour changer. Il ajouta il n’y a que les imbéciles qui ne change pas. Même si ce que pense tous les clients que j'ai perdu pour leur avoir dit la vérité je continue et je vais essayer de leur apprendre à regarder.

 

Comparez cette pièce  ci-contre avec celle ci desous.

La main droite avec des doigts trop longs et tous égaux colle la jambe ; qui repose dans le vide contre la tête alors que sur le netsuke, fait pour être porté par un japonais, elle est placée, sous la fesse de Daïkoku pour pouvoir le pousser, un  pied de ce dernier s’appuie sur les pectoraux d’Hotei et l’autre sur sa hanche. Sur cette pièce photographié sur un fond noir, le visage de Daikoku est visiblement furieux alors que celui d’Hotei marque l’effort et son doute de pouvoir faire basculer Daikoku alors que sur le netsuke fait pour l'exportation par un artisan peu habile, Hotei a un visage rigolard et Daikoku un visage perplexe, dubitatif en rien lié à l’action. Ces deux netsuke sortent probablement d’un même atelier mais les deux sculpteurs n’ont pas la même sensibilité ni la même maîtrise, dont cette main disproportionnée est la preuve la plus flagrante, ce netsuke a visiblement était fait, le meilleur des deux a pu servir de modèle pour celui fait pour l’exportation. Il est difficile de le dater, il pourrait être fin 18ème au vu des himotoshi. il a été trouvé dans l'île de Kyushu il sort aujourd’hui du Sud du .Japon. Si j’aimais me lancer dans des a été  élucubrations je dirais que celui plus tardif fut fait pour l’exportation par un atelier de Satsuma probablement à l'époque Meiji pour l'Europe.